Les mots bleus

Un projet de François Aubart et Benjamin Seror

Avec Mariana Castillo Deball, Claude Closky, Jochen Dehn, Chris Evans, Louise Hervé & Chloé Maillet, Peter Wächtler

Les mots bleus répondent d’abord à leur contexte, celui d’un quartier où l’on va pour de nombreuses raisons mais surtout et assez souvent pour celle de boire un verre. Car si Belleville a vu apparaître ces dernières années des magasins bio, des galeries d’art ou des agences immobilières, signes d’une gentrification en marche, elle garde un lot conséquent de débits de boissons qui font la richesse de sa vie nocturne.

Proposer un projet dans les bars de Belleville nous apparaît ainsi comme une façon de célébrer ce qu’aucun désengagement de l’État dans la culture ne fera disparaître: le plaisir de se trouver autour d’un verre pour échafauder des projets et développer de belles idées. C’est dans cette communauté qui se construit dans l’intensité d’une discussion que nous plaçons Les mots bleus.

Prenant appui sur l’idée que les bars de Belleville jouent un rôle essentiel pour la communauté artistique au sens large — artistes, commissaires, public s’y retrouvent pour discuter, penser, échanger sur ce que l’on peut voir dans les différents lieux d’expositions autour d’un café ou jusqu’à tard dans la nuit — et que ces discussions intenses ont lieu parmi les autres histoires qui se trament et se racontent dans ce genre d’endroit et de moment, dans une atmosphère où, comme le dit Christophe, les mots se disent avec les yeux, rendent les gens heureux et surtout cherchent à tout prix à ne pas briser pas l’instant fragile d’une rencontre ou de retrouvailles, Les mots bleus convoquent cette ambiance si particulière, que l’on croise parfois dans certains bars, et sous-entend l’horizon des histoires parfois heureuses et souvent mélancoliques qui s’y trament.

Six artistes ont été invités à écrire une nouvelle ou un court texte qui sera lu par une personne attablée dans l’un des six bars participants, chacun accueillant une histoire différente. Il s’agit ainsi moins de mettre en jeu la présence physique des artistes que de produire un contexte dans lequel puisse se développer une narration.

Les textes de Mariana Castillo Deball, Chris Evans et Peter Wächtler ont été traduit en français par Jean-François Caro.

En partenariat avec l’École européenne supérieure d’art de Bretagne – site de Rennes , l’École nationale supérieure d’art de Paris-Cergy, l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon, l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, l’École supérieure des beaux-arts de Nantes Métropole, l’École supérieure d’art et design Grenoble-Valence, l’Institut supérieur des arts de Toulouse, Le Plateau – Frac Île-de-France.

Samedi 11 octobre de 14h à 22h

Le texte de Mariana Castillo Deball est lu au Pataquès: 8 rue Jouye Rouve – 75020 

Le texte de Claude Closky est lu à la Cagnotte: 13 rue Jean-Baptiste Dumay – 75020

Le texte de Jochen Dehn est lu au Faitout: 23 avenue Simon Bolivar – 75019

Le texte de Chris Evans est lu au Rendez-vous des alouettes: 27 rue des Alouettes – 75019

Le texte de Louise Hervé et Chloé Maillet est lu au Pavillon du lac : Parc des Buttes Chaumont (à partir de 20h l’accès se fait par la porte située place Armand Carrel)

Le texte de Peter Wächtler est lu au O’Paris: 1 rue des Envierges – 75020 

Téléchargez le programme détaillé et la carte des bars ici : lesmotsbleus.pdf

 

 

Les mots bleus

A project by François Aubart and Benjamin Seror

With Mariana Castillo Deball, Claude Closky, Jochen Dehn, Chris Evans, Louise Hervé & Chloé Maillet, and Peter Wächtler

Les mots bleus respond to the context of a neighbourhood where people go for various reasons, but above all and quite often to have a drink. Over the past few years, Belleville has seen the appearance of organic food shops, art galleries and estate agents, all signs of rampant gentrification, with still a significant amount of bars, which contribute to its rich nightlife. 
 
Coming up with a project in Belleville’s bars thus seemed to us a way to celebrate something that will never go away, even if the government backs away from culture: the pleasure of meeting friends around a drink to develop projects and ambitious ideas. It is in this community, which is constructed in intense discussions, that we are placing Les mots bleus. 
 
Based on the idea that Belleville’s bars play an essential role for the artistic community at large — artists, curators, and audiences thinking, talking, and exchanging ideas about what’s on the latest exhibition of the moment around a coffee or in the small hours — these intense discussions take place among other stories which are hatched and told in this kind of place and at this kind of moment, in an atmosphere in where, as the French singer Christophe says in his song, words are told with the eyes, words that makes people happy and, above all, tries not to shatter the fragile moment of an encounter. Les mots bleus recalls this particular mood you would encounter in certain bars and the stories happening there with variable happy to very sad ending. 
 
Six artists have been invited to propose a short story, which will be read by a person sitting at a table in one of the six participating bars, each one hosting a different story. It is here less a matter of introducing the physical presence of the artists than producing a context in which a narrative can be developed.

The writings of Mariana Castillo Deball, Chris Evans and Peter Wächtler have been translated into French by Jean-François Caro.

In partnership with the École européenne supérieure d’art de Bretagne—Rennes site, the École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon, the École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, the École nationale supérieure des beaux-arts de Nantes Métropole, the École supérieure d’art et design de Grenoble-Valence, the Institut supérieur des arts de Toulouse, and Le Plateau – FRAC Ile-de-France.

On Saturday October 11, 2pm to 10 pm

Mariana Castillo Deball’s text will be read at Pataquès: 8 rue Jouye Rouve – 75020 

Claude Closky‘s text will be read at the Cagnotte: 13 rue Jean-Baptiste Dumay – 75020

Jochen Dehn‘s text will be read at Faitout: 23 avenue Simon Bolivar – 75019

Chris Evans‘s text will be read at Rendez-vous des alouettes: 27 rue des Alouettes – 75019

Louise Hervé & Chloé Maillet‘s text will be read at the Pavillon du lac : Parc des Buttes Chaumont (from 8pm, access by the park’s entrance place Armand Carrel)

Peter Wächtler‘s text will be read at O’Paris: 1 rue des Envierges – 75020

Download the map to the bars here : LesMotsBleusMAP.pdf