Depuis dix ans, Belleville en Vue(s), « passeur » d’un cinéma autrement et pour tou-te-s, est une structure de diffusion de films et de de sensibilisation à l’image. Les différents projets sont menés comme des expériences cinématographiques collectives, sources d’échanges et de dialogue, et réinventent les façons de découvrir, de diffuser des films, de créer du lien et de se rencontrer.

Belleville en Vue(s) explore les possibilités de mouvement et de déplacement : nomadisme des activités, déplacement du regard et des frontières entre les genres pour aller vers des zones interstitielles dans lesquelles un autre cinéma existe, dans lesquelles des réalités différentes émergent.

La programmation artistique se construit dans une approche curatoriale interrogeant les modes de diffusion du cinéma, ses liens avec d’autres médiums et ses relations aux différentes pratiques culturelles des publics. Les projets se construisent en lien avec les réalités culturelle, sociale et politique du territoire de Belleville à Paris, tout en articulant échelles locale et globale.

Pour cette 11e saison, Belleville en Vue(s) interroge la diversité dans les représentations des espaces géopolitiques, mentaux, sociaux ou culturels vécus par les hommes et propose, à travers sa programmation, une lecture nouvelle du monde. Comment les cinémas représentent-ils, par les images et les sons, ces espaces et dans quelle mesure participent-ils de la recréation du monde ? En quoi permettent-ils de se (ré-)approprier les représentations d’un territoire, d’une mémoire en mouvement pour proposer ainsi leurs histoires ?

« La déambulation, ou une nouvelle manière de regarder et de créer le monde ». La thématique de la déambulation proposée par la biennale de Belleville cette année entre pleinement en résonance avec ces interrogations.

Une projection de film en plein air dans le jardin du pavillon Carré de Baudouin sera ainsi organisée fin septembre / début octobre.

For ten years, Belleville en Vue(s), “conveyor” of a different cinema and one for everyone, has been an organization for broadcasting films and raising awareness about the image. The different projects are undertaken like collective cinematographic experiments, sources of exchanges and dialogue, and re-invent ways of discovering and broadcasting films, of creating links and having encounters.

Belleville en Vue(s) explores the possibilities of movement and displacement: nomadism of activities, shifts in the way we look at things, and in the boundaries between genres, heading towards interstitial areas in which another cinema exists, in which different realities emerge.

The artistic programming is constructed within a curatorial approach questioning methods of film broadcasting, its links with other media and its relations with the different cultural activities of audiences. The projects are constructed in connection with the cultural, social and political realities of the Belleville territory in Paris, while at the same time linking local and global scales.

For this 11th season, Belleville en Vue(s) is questioning diversity in the representations of geopolitical, mental, social and cultural spaces experienced by people, and, through its programme, proposes a new reading of the world.

How, through images and sounds, do cinemas represent these spaces and to what degree do they participate in the re-creation of the world? How do they offer a way to (re)appropriate the representations of a territory, of a memory in motion, to thus propose their histories?

“Strolling, a new way of looking at and creating the world”. The theme of the stroll proposed by the Belleville Biennale this year fully echoes these questions.

An open air film screening in the garden of the Pavillon Carré de Baudouin will thus be organized in late September / early October.